Projet archéologique

Le bassin lacustre du Titicaca, partagé entre le Pérou et la Bolivie, est un territoire d’altitude : les eaux du lac culminent à 3810 mètres au-dessus du niveau de la mer et couvrent une superficie de plus de 8.560 km2. Cette vaste étendue d’eau n’était pas une contrainte : au contraire, elle a contribué au développement d’une douzaine de civilisations. Elle a favorisé l’occupation de ses rives et de ses îles en générant un écosystème à part entière au sein d’un territoire semi-aride, et a offert à l’homme de nombreuses « opportunités matérielles » propices à l’occupation humaine. Le lac a joué un rôle prépondérant dans la configuration et la diffusion des caractéristiques religieuses, politiques et économiques qui caractérisent l’identité actuelle des populations lacustres.

Dans le cadre du Projet du Lac, financé par la Coopération Belge et exécuté par la CTB-Enabel, « l’identification et l’inventaire du patrimoine culturel subaquatique et côtier du bassin lacustre » constituent l’une des principales activités. En effet, afin d’étudier, valoriser et protéger ce patrimoine méconnu, le premier travail de l’archéologue est de réaliser un inventaire et une expertise de celui-ci. La réalisation de cet objectif est mise en œuvre par différentes actions menées conjointement :

  • R.1.2. Projet de prospections archéologiques subaquatiques – cartographie (ULB)
  • R.1.3. Projet de prospections archéologiques du littoral (CTB)
  • R.1.4. Projet de fouilles archéologiques subaquatiques – sondages (ULB)
  • R.1.1. Création d’une école d’archéologie subaquatique (ULB)
  • R.1.5. Création d’un centre de gestion du patrimoine culturel lacustre (CTB)

Ces actions permettront non seulement de caractériser et de cartographier ce patrimoine, mais également de former les acteurs nationaux qui joueront un rôle clé dans le futur « Centre régional de gestion du patrimoine culturel lacustre » qui constituera l’un des aboutissements du Projet du Lac.